Les Jeudis de l'Europe

Nous ne sommes savants que de la Science présente. Montaigne


Poster un commentaire

Autisme: percer le mystère du bâillement contagieux | JIM.fr

Selon un dicton (suggérant ainsi que le bâillement est un comportement très communicatif), « un bon bâilleur en fait bâiller sept. »

Réalisée par le département de psychiatrie et des sciences du comportement de la prestigieuse Stanford University (en Californie), une étude a exploré ce phénomène classique du « bâillement contagieux » sur des enfants âgés de 6 à 12 ans : 34 enfants avec troubles du spectre autistique (TSA) et 30 enfants neurotypiques, pris comme témoins.

Source : JIM.fr – Percer le mystère du bâillement contagieux


Poster un commentaire

Un quotidien stimulant avec des médias digitaux – PAEDIATRICA

La question si les médias peuvent contribuer à un quotidien stimulant pour les enfants ou si au contraire elles compromettent leur développement, est toujours et encore objet de discussions dans le milieu de la recherche sur les effets des médias.

Le désaccord est encore plus grand dans la pratique éducative.

Source : Un quotidien stimulant avec des médias digitaux – PAEDIATRICA


Poster un commentaire

Des lipides laitiers pourraient contribuer à diminuer le risque cardiovasculaire chez des populations à risque | Salle de presse | Inserm

Un consortium français piloté par l’Inra, en collaboration avec l’Inserm, les universités de Lyon 1 et de Clermont Auvergne, les Hospices Civils de Lyon, les Centres de Recherche en Nutrition Humaine Rhône-Alpes et Auvergne, vient de montrer que la consommation de certains lipides présents naturellement dans les produits laitiers (appelés « lipides polaires ») pourrait réduire le risque cardiovasculaire chez les femmes ménopausées et en surpoids, en réduisant leur taux sanguin de cholestérol LDL (dit « mauvais cholestérol ») et de triglycérides. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont intégré pendant un mois un produit fromager enrichi en lipides polaires laitiers dans l’alimentation habituelle des volontaires. Les scientifiques ont montré certains mécanismes dans l’intestin pouvant expliquer les effets observés. Ces composés naturels pourraient ainsi être à l’origine d’une nouvelle stratégie nutritionnelle visant à réduire le risque cardiovasculaire parmi les populations à risque. Ces travaux sont publiés le 12 juin 2019 dans la revue Gut.

Source : Des lipides laitiers pourraient contribuer à diminuer le risque cardiovasculaire chez des populations à risque | Salle de presse | Inserm

Cf. soirée Alimentation saine et nouveaux modes alimentaires du 20/06/2019


Poster un commentaire

Enfants et adolescents végétaliens : quel comportement adopter ? | JIM.fr

Paris, le vendredi 21 juin 2019 – La semaine dernière, le ministre de la Santé, Agnès Buzyn s’est exprimée sans détour au sujet des risques associés aux régimes excluant tout aliment d’origine animale chez l’enfant. « Le véganisme expose effectivement à certaines carences notamment chez les enfants. Je le dis, les enfants ont besoin de protéines pour grandir, mais ils ont aussi besoin de protéines aussi essentielles [sic], celles que l’on ne trouve pas dans les végétaux. Et donc attention au véganisme. Il peut y avoir des fiches techniques qui expliquent les régimes équilibrés mais ces fiches, elles sont faites pour les adultes. Pour les enfants je commence à avoir des alertes sur des situations de carence grave chez l’enfant » a insisté le ministre sur C News

Source : JIM.fr – Enfants et adolescents végétaliens : quel comportement adopter ?


Poster un commentaire

AINS : l’ANSM alerte sur un risque de complications infectieuses graves

Une enquête demandée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) confirme que les AINS peuvent avoir un rôle aggravant en cas d’infection.

Source : AINS : l’ANSM alerte sur un risque de complications infectieuses graves

Cf sujet traité lors du 37° FML du 25/09/2010


Poster un commentaire

Autisme de l’enfant – Rester en alerte pour dépister au plus tôt | HAS

Les premiers signaux d’alerte des troubles du spectre de l’autisme (TSA) chez un enfant sont souvent repérés en premier lieu par les parents. Un diagnostic précoce étant essentiel pour agir au plus vite de façon adaptée, les médecins généralistes et les pédiatres sont les acteurs clés pour établir un premier bilan et initier les premières actions. Depuis février 2019, ils ont désormais la possibilité de réaliser une consultation dédiée, remboursée 60 euros, pour favoriser le repérage en cas de suspicion de TSA.Pour aider les professionnels à accélérer les étapes jusqu’au diagnostic, la HAS a publié des recommandations sur le TSA, les signes d’alerte, le repérage et le diagnostic chez l’enfant et l’adolescent. Témoignages* de médecins et de parents impliqués dans cette problématique.

Source : Haute Autorité de Santé – Autisme de l’enfant – Rester en alerte pour dépister au plus tôt 12/02/2019