Les Jeudis de l'Europe

Nous ne sommes savants que de la Science présente. Montaigne


Poster un commentaire

Borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tiques | HAS

Cette recommandation de bonne pratique s’inscrit dans l’axe stratégique 3 du  « Plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les autres maladies transmissibles par les tiques » publié en septembre 2016.

Elle a pour objectif de faire le point sur :

  • les connaissances scientifiques actuelles concernant la borréliose de Lyme et les autres maladies transmissibles par piqûres de tiques ;
  • la stratégie diagnostique à proposer au niveau national ;
  • les moyens nécessaires pour assurer une prise en charge thérapeutique globale optimale des patients, de répondre à leur souffrance et d’éviter l’errance diagnostique et thérapeutique et ses dérives potentielles

Source : Haute Autorité de Santé – Borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tiques

CF. 45° Forum Médical Lyonnais du samedi 29 septembre 2018


Poster un commentaire

Autotests : est-ce bien raisonnable ? JIM.fr

 Interview du Dr Liliane Grangeot-Keros, secrétaire perpétuel adjoint de l’Académie de pharmacie, expert OMS chargé de la rubéole et chercheur en virologie à l’hôpital Paul Brousse de Villejuif.

Les autotests ont fleuri ces dernières années dans les officines. Présentés par certains comme une révolution permettant au patient d’être « acteur de sa santé », d’autres y ont vu des risques de dérives.

A son tour, l’Académie de pharmacie s’est intéressé à ces dispositifs pour déterminer lesquels pouvaient être recommandés et lesquels étaient à bannir.

Pour connaître les conclusions de cette institution, le JIM s’est entretenu avec le Dr Liliane Grangeot-Keros, secrétaire perpétuel adjoint de l’Académie de pharmacie, expert OMS chargé de la rubéole et chercheur en virologie à l’hôpital Paul Brousse de Villejuif.

Source : JIM.fr – Autotests : est-ce bien raisonnable ?

Cf soirée Prescription raisonnée de la biologie du jeudi 18 octobre 2018


Poster un commentaire

Pertinence de la prescription d’examens biologiques en médecine générale pour les patients de 18 à 45 ans asymptomatiques

Les patients jeunes et asymptomatiques sont nombreux à demander un bilan biologique pour se rassurer sur leur état de santé.

L’objectif de cette revue de la littérature est de déterminer s’il est pertinent de prescrire une glycémie, un bilan lipidique et une créatinine dans cette population.

Elle a été réalisée en interrogeant la base de données Medline via Pubmed et complétée par une recherche d’articles sur Google Scholar.

La glycémie à jeun est une méthode de dépistage adaptée pour les personnes jeunes mais les scores de risques comme FinDRiSc sont recommandés en première intention chez les personnes asymptomatiques.

La réalisation d’un bilan lipidique afin de calculer un score de risque d’évènement cardiovasculaire est recommandée à partir de 40 ans. Chez les personnes plus jeunes, en présence de facteurs de risque, l’identification d’un sur-risque d’évènements cardiovasculaire peut être bénéfique pour la modification du style de vie du patient.

Les données retrouvées sur le dosage de la créatinine sont insuffisantes pour conclure sur son intérêt chez les personnes jeunes et asymptomatiques.

Source: Pertinence de la prescription d’examens biologiques en médecine générale pour les patients de 18 à 45 ans asymptomatiques : revue de la littérature (bilan lipidique, glycémie et créatinine) / Marie Collart Dutilleul ; [sous la dir. de] Florence Godard [et] Sophie Le Vaguerès