Les Jeudis de l'Europe

Nous ne sommes savants que de la Science présente. Montaigne


Poster un commentaire

Des lipides laitiers pourraient contribuer à diminuer le risque cardiovasculaire chez des populations à risque | Salle de presse | Inserm

Un consortium français piloté par l’Inra, en collaboration avec l’Inserm, les universités de Lyon 1 et de Clermont Auvergne, les Hospices Civils de Lyon, les Centres de Recherche en Nutrition Humaine Rhône-Alpes et Auvergne, vient de montrer que la consommation de certains lipides présents naturellement dans les produits laitiers (appelés « lipides polaires ») pourrait réduire le risque cardiovasculaire chez les femmes ménopausées et en surpoids, en réduisant leur taux sanguin de cholestérol LDL (dit « mauvais cholestérol ») et de triglycérides. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont intégré pendant un mois un produit fromager enrichi en lipides polaires laitiers dans l’alimentation habituelle des volontaires. Les scientifiques ont montré certains mécanismes dans l’intestin pouvant expliquer les effets observés. Ces composés naturels pourraient ainsi être à l’origine d’une nouvelle stratégie nutritionnelle visant à réduire le risque cardiovasculaire parmi les populations à risque. Ces travaux sont publiés le 12 juin 2019 dans la revue Gut.

Source : Des lipides laitiers pourraient contribuer à diminuer le risque cardiovasculaire chez des populations à risque | Salle de presse | Inserm

Cf. soirée Alimentation saine et nouveaux modes alimentaires du 20/06/2019


Poster un commentaire

L’ESC publie de nouvelles directives sur la prise en charge de la syncope | Univadis

La Société européenne de cardiologie (European Society of Cardiology, ESC) a publié de nouvelles directives sur la syncope, le Groupe de travail de l’ESC ayant élaboré les directives en choisissant 19 règles simples pour guider le diagnostic et la prise en charge des patients ayant présenté une syncope avec perte de connaissance transitoire (PCT).

Source : L’ESC publie de nouvelles directives sur la prise en charge de la syncope | Univadis

Cf Soirée 2012


Poster un commentaire

Arrêt cardiaque extra-hospitalier : investir sur la formation de Monsieur et Madame Tout-le-monde | JIM.fr

La survie hospitalière après un arrêt cardiaque extra-hospitalier (ACEH) n’est que de 25 %, incluant les survies de faible qualité (états végétatifs…). Alors que la défibrillation précoce et les manœuvres de réanimation cardio-respiratoires (RCP) sur site sont primordiales, les effets […]

Source : JIM.fr – Arrêt cardiaque extra-hospitalier : investir sur la formation de Monsieur et Madame Tout-le-monde


Poster un commentaire

Artériopathie périphérique : attention aux insuffisants rénaux, même légers ! | Univadis

Artériopathie périphérique : attention aux insuffisants rénaux, même légers !

Source : Artériopathie périphérique : attention aux insuffisants rénaux, même légers ! | Univadis

Cf soirée du 21/09/2017


Poster un commentaire

Fibrillation auriculaire : quand les anticoagulants ne sont pas au rendez-vous… | JIM.fr

La fibrillation auriculaire (FA) expose à des complications thrombo-emboliques qui justifient amplement un traitement prophylactique par les anticoagulants. La prescription a tout lieu d’être systématique si l’on se réfère aux recommandations, abstraction faite des contre-indications à ces […]

Source : JIM.fr – Fibrillation auriculaire : quand les anticoagulants ne sont pas au rendez-vous…


Poster un commentaire

Un mythe de la médecine d’urgence : l’adrénaline dans l’arrêt cardiaque | coeur.net

Lors d’un arrêt cardiocirculatoire extrahospitalier, l’adrénaline à une dose « standard » peut favoriser le retour de la circulation spontanée, mais elle n’améliore pas la survie, ni l’issue neurologique du patient.

Le moment de l’injection de l’adrénaline, dans les 10 minutes, peut intervenir dans le pronostic du patient, cependant les gestes de réanimation de base restent les aspects les plus importants de la réanimation et de la survie des patients.

Source : Coeur – Le site de la Cardiologie


Poster un commentaire

Un score au label TIMI pour décider de l’anticoagulation en cas de fibrillation auriculaire

Jusqu’à présent la décision de traiter ou non par les anticoagulants un patient souffrant d’une fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV) est basée sur la mise en balance des risques d’accident embolique (en utilisant le score CHA²DS²-VASc…entre autres) et d’accident hémorragique (plusieurs scores se disputant le prime time HAS-BLED, HEMORR²HAGES…).

Source : JIM.fr – Un score au label TIMI pour décider de l’anticoagulation en cas de fibrillation auriculaire