Les Jeudis de l'Europe

Nous ne sommes savants que de la Science présente. Montaigne


Poster un commentaire

La mesure continue du glucose : le consensus des experts français | Univadis

Le bénéfice du maintien d’un objectif glycémique chez les sujets diabétiques de type 1 (DT1) ou diabétique de type 2 (DT2) sous insulinothérapie est bien établi, notamment sur la diminution des risques micro- et macro-vasculaires.

Les solutions de mesure continue du glucose (MCG) ou système flash (MFG), constituent des approches séduisantes et efficaces. Un groupe de travail réunissant des experts français (CNP-EDMM, SFD, CODEHG, EVADIAC, FFD, AJD) a élaboré ce consensus pour accompagner les professionnels de santé à mieux intégrer cette nouvelle offre à leurs pratiques.

Source : La mesure continue du glucose : le consensus des experts français | Univadis


Poster un commentaire

Prévention du diabète de type 1 par l’insuline orale : où en est-on ? | Univadis

L’étude DPT-1 n’avait pas permis de mettre en évidence l’intérêt de l’insuline orale versus un placebo sur la prévention primaire du diabète de type 1. En revanche, des analyses post hoc avaient suggéré un bénéfice chez un sous-groupe de sujets à risque, ceux présentant un taux élevé d’auto-anticorps anti-insuline. L’induction d’une tolérance immunitaire par administration orale d’insuline semblait donc une option séduisante.

Et c’est sur ce constat, que l’étude TrialNet a été initiée. Mais les conclusions de celle-ci ne supportent pas les précédentes données. Il convient donc de rester prudent dans le domaine en attendant d’autres essais cliniques.?

Source : Prévention du diabète de type 1 par l’insuline orale : où en est-on ? | Univadis


Poster un commentaire

Intérêt de l’ajout d’un hypoglycémiant par voie orale chez les sujets DT2 traités par insuline | Univadis

Un article publié dans JAMA a synthétisé une revue Cochrane ayant évalué les bénéfices et les effets indésirables de l’ajout d’un traitement du contrôle glycémique par voie orale à une insulinothérapie chez des sujets diabétiques de type 2 (DT2). Ces résultats suggèrent que cette combinaison thérapeutique pourrait permettre une diminution de l’HbA1c jusqu’à 1%.

Source : Intérêt de l’ajout d’un hypoglycémiant par voie orale chez les sujets DT2 traités par insuline | Univadis


Poster un commentaire

Pas d’augmentation du risque de cancer du pancréas avec les incrétines, c’est confirmé ! | JIM.fr

Le groupe des incrétines comprend les agonistes du récepteur du GLP1 et les inhibiteurs de DPP4 . Ces antidiabétiques prennent une place prépondérante pour la prise en charge du diabète de type 2 notamment les analogues du GLP1.

Dès les premières études sur cette classe, on a soupçonné un risque de prolifération cellulaire pancréatique notamment des cellules neuroendocrines (théorie de Butler) mais aussi le risque de cancer du pancréas sur des arguments indirects et sur la base d’un rapport de la FDA contredit plus tard par quelques méta-analyses.

Source : JIM.fr – Pas d’augmentation du risque de cancer du pancréas avec les incrétines, c’est confirmé !


Poster un commentaire

Diabète de type 2 – Initiation de l’insuline dans le diabète de type 2 en médecine générale – MSD connect

L’initiation de l’insuline est une gageure en médecine générale : il faut convaincre les patients, dont c’est souvent le premier traitement injectable, assurer l’apprentissage, alors que le diabète de type 2 concerne souvent des patients plus âgés que la moyenne et moins bien éduqués, assurer que la titration se fasse, et cela avec la contrainte de temps que l’on connait.

Source : Diabète de type 2 – Initiation de l’insuline dans le diabète de type 2 en médecine générale – MSD connect


Poster un commentaire

Étude REPOSE : la pompe à insuline est-elle pertinente chez les diabétiques mal contrôlés ? | Univadis

Les évaluations du traitement par pompe à insuline chez les sujets diabétiques de type 1 concluent à un bénéfice pour ceux qui ne parvenaient pas à un bon contrôle glycémique sans hypoglycémies invalidantes.

En revanche, l’élargissement de son utilisation est incertain compte tenu de la petite taille et de la courte durée des essais la comparant aux injections quotidiennes multiples.

Par ailleurs, la variabilité des programmes d’éducation thérapeutique associés ne permettait pas de comparer les différents traitements de manière optimale.

Une récente étude vient justement de comparer l’efficacité de la pompe à insuline aux injections multiples quotidiennes chez des sujets diabétiques de type 1 recevant parallèlement une formation équivalente.

Source : Étude REPOSE : la pompe à insuline est-elle pertinente chez les diabétiques mal contrôlés ? | Univadis


Poster un commentaire

DT 2 : la combinaison GLP1 injectable hebdomadaire et gliflozine est prometteuse dans DURATION-8

Les résultats de DURATION-8, la première étude prospective à avoir évalué l’association d’un agoniste de GLP-1 (exenatide Bydureon® 2 mg, AstraZeneca) et d’un inhibiteur de SGLT-2 (dapagliflozine, Forxiga®, AstraZeneca) chez des diabétiques de type 2 à la glycémie mal contrôlée, ont été présentés au congrès de l’EASD 2016 et publiés simultanément dans le LancetDiabetes & Endocrinology [1,2].

Voir la suite sur le blog de l’Unaformec RA