Les Jeudis de l'Europe

Nous ne sommes savants que de la Science présente. Montaigne


Poster un commentaire

Sentiment d’injustice chez l’enfant : une discordance enfant/parent aggrave les capacités fonctionnelles de l’enfant douloureux | Mediscoop.net

Le sentiment d’injustice perçu par l’enfant lui-même et la perception de la douleur chez les parents ont été évalués. Les résultats parent-enfant ont été cotés de 1 à 4 catégories selon le degré de concordance/discordance entre leurs réponses.
Le degré de concordance (concordant vs discordant) et le sens de cette concordance/discordance ont été évalués (discordance = bas score enfant – haut score parent et discordance = haut score enfant-bas score parent).

Les analyses ont porté sur l’intensité de la douleur, le sentiment d’injustice perçu, le stress, la fonction et la qualité de vie en fonction des 4 catégories de réponses : concordance/discordance.
Les évaluations les plus altérées chez l’enfant (douleur, stress, fonction et qualité de vie) concernaient les enfants qui ressentaient un fort sentiment d’injustice contrairement à leur propre parent – forte discordance (ce dernier rapportant que leur enfant ne devait (à leur avis ressentir) un faible sentiment d’injustice).

Source: mediscoop.net

Inscrivez-vous à la soirée « Les antalgiques de palier 3 » du jeudi 14 juin 2018


Poster un commentaire

Sentiment d’injustice perçue et son impact chez le patient souffrant de douleurs chroniques | Mediscoop.net

Les travaux de M. Sullivan ont montré l’importance du sentiment d’injustice comme risque psychosocial d’échec du traitement de la douleur (1).
Les conséquences de l’injustice perçue sont les suivantes : augmentation de l’intensité de la douleur, aggravation du handicap, augmentation des comportements douloureux, augmentation des comorbidités psychiatriques et diminution du retour au travail.
Ce sentiment d’injustice entraine une demande de reconnaissance, qui s’exprime dans 3 sphères : familiale-intime, dans la société civile et concernant la place de la personne dans la société selon le philosophe allemand Hegel.
En médecine, cela modifie la consommation de soin, les dépenses de santé ainsi que les demandes de compensation : travail, invalidité… Il est possible de scorer l’injustice perçue grâce au : IEQ (Injustice Experience Questionnaire). Ce score permet à la fois d’identifier l’injustice perçue mais également de quantifier son importance. Il comprend 12 questions cotées de 0 à 4.

Source: mediscoop.net

Inscrivez-vous à la soirée « Les antalgiques de palier 3 » du jeudi 14 juin 2018


Poster un commentaire

Echographie et autisme : un nouveau son de cloche | JIM.fr

Ces données détaillées montrent que le nombre d’échographies réalisées en moyenne pendant la grossesse est sensiblement le même chez tous les enfants. Les enfants atteints d’autisme semblent même avoir été exposés à moins d’échographies pendant le premier trimestre. La durée totale des échographies n’est pas non plus significativement différente selon les groupes.

En revanche, il apparaît que les enfants atteints d’autisme ont été exposés à des profondeurs de pénétration des ultrasons supérieures au cours du premier trimestre (12,5 cm vs 11,6 cm) et du deuxième trimestre (12,9 cm vs 12,5 cm) par rapport aux enfants dont le développement est typique et au cours du premier trimestre par rapport à ceux qui présentent un retard de développement (12,5 cm vs 11,6 cm)…

Notons toutefois qu’elle comporte quelques limitations, parmi lesquelles son design : étude rétrospective cas-témoins qui ne permet pas d’affirmer un lien de cause à effet. D’autre part, les nouveau-nés prématurés ont été exclus de l’étude, ce qui est une autre limitation quand on sait que la prématurité pourrait être un facteur de risque de trouble autistique.

Source : JIM.fr – Echographie et autisme : un nouveau son de cloche

Cf soirée du 17 mai 2018


Poster un commentaire

Autisme et ISRS, une lecture critique | JIM.fr

PW: apprentissage d’une lecture critique des essais cliniques: biais méthodologiques à rechercher…

 

 

Réalisée en collaboration par des chercheurs du Danemark et d’Iran, et consacrée aux risques d’autisme infantile liés à une exposition in utero à des inhibiteurs sélectifs de recapture de la sérotonine (ISRS) prescrits chez la femme enceinte, une méta-analyse indique une « association significative entre l’exposition prénatale aux ISRS et le risque d’autisme infantile » (Odds ratio OR = 1,82 ; intervalle de confiance à 95 % IC95 [1,59–2,10].

Source : JIM.fr – Autisme et ISRS, une lecture critique


Poster un commentaire

La prescription de psychotropes chez les adultes avec Trouble du Spectre de l’Autisme : état des connaissances et étude descriptive

Introduction : dans la littérature, bien que ce soit un enjeu de santé publique, on ne retrouve que peu d’études évaluant la prescription de médicaments psychotropes chez les adultes avec TSA. Pourtant, « bien qu’il n’existe pas de traitement médicamenteux spécifique aux TSA », les traitements psychotropes, « comme les antipsychotiques […] sont fréquemment utilisés dans la prise en charge des comportements problèmes ». Parallèlement à cette sur-prescription, en France, à ce jour, aucun consensus n’est validé par l’HAS par rapport à la prise en charge non médicamenteuse à proposer aux adultes avec TSA.

Résultats et discussion : les résultats de notre étude suggèrent une prescription importante de psychotropes chez les adultes avec TSA lorsqu’ils sont hospitalisés au long cours ou accueillis dans des structures médicosociales. De même, la prise en charge non médicamenteuse de ces sujets paraît peu présente et souvent non spécifique à leurs troubles. Il serait intéressant d’approfondir cette étude en étoffant le nombre de sujets inclus et de transformer cette étude transversale en étude longitudinale, afin de tester les éventuels changements dans la prescription, qui pourraient être relus au prisme des changements intervenus dans la vie de ces personnes (âge, lieu de vie, prise en charge spécifique…). Au niveau clinique, une harmonisation des pratiques au niveau des prises en charges médicamenteuses et non médicamenteuses semble indispensable : nous nous inspirons de notre revue de la littérature et de notre étude pour proposer des recommandations globales de bonne pratique de prescription de psychotropes chez les adultes avec TSA.

Source : La prescription de psychotropes chez les adultes avec Trouble du Spectre de l’Autisme : état des connaissances et étude descriptive. Thèse 2017

Cf soirée DPC « L’autisme et les syndromes apparentés » du jeudi 17 mai 2018 organisée conjointement par les Jeudis de l’Europe et l’Unaformec RA


Poster un commentaire

Impact de l’exposition aux écrans sur le sommeil et les performances scolaires chez les enfants d’école primaire

Etude quantitative réalisée par questionnaires sur 83 couples parent-enfant dans le département de la Drôme.

Source: Ringuet N. Thèse 2017

Sujet abordé en plénière lors du 45° FML du samedi 29 septembre 2018


Poster un commentaire

HAS: nouvelles recos sur l’autisme : des outils de détection pour un diagnostic dès 18 mois | Le Généraliste | Unaformec Rhône-Alpes

 

La Haute Autorité de Santé vient de publier de nouvelles recommandations sur le repérage, le diagnostic et l’évolution du trouble du spectre de l’autisme (TSA).  Les dernières recommandations sur le diagnostic de l’autisme dataient de 2005, et en 2012, la HAS s’était attachée à produire des guidelines sur les thérapies de l’autisme et des troubles envahissants du développement chez l’enfant.

Si par le passé, la définition même de l’autisme fut au centre de nombreux débats, le récent groupe de travail de la Haute Autorité s’est appuyé sur le DSM-5, en le définissant clairement comme un trouble du neurodéveloppement.

Source : Nouvelles recos sur l’autisme : des outils de détection pour un diagnostic dès 18 mois

Action DPC du jeudi 17 mai 2018 co produite par l’Unaformec Rhône-Alpes et les Jeudis de l’Europe