Les Jeudis de l'Europe

Nous ne sommes savants que de la Science présente. Montaigne


Poster un commentaire

Sentiment d’injustice perçue et son impact chez le patient souffrant de douleurs chroniques | Mediscoop.net

Les travaux de M. Sullivan ont montré l’importance du sentiment d’injustice comme risque psychosocial d’échec du traitement de la douleur (1).
Les conséquences de l’injustice perçue sont les suivantes : augmentation de l’intensité de la douleur, aggravation du handicap, augmentation des comportements douloureux, augmentation des comorbidités psychiatriques et diminution du retour au travail.
Ce sentiment d’injustice entraine une demande de reconnaissance, qui s’exprime dans 3 sphères : familiale-intime, dans la société civile et concernant la place de la personne dans la société selon le philosophe allemand Hegel.
En médecine, cela modifie la consommation de soin, les dépenses de santé ainsi que les demandes de compensation : travail, invalidité… Il est possible de scorer l’injustice perçue grâce au : IEQ (Injustice Experience Questionnaire). Ce score permet à la fois d’identifier l’injustice perçue mais également de quantifier son importance. Il comprend 12 questions cotées de 0 à 4.

Source: mediscoop.net

Inscrivez-vous à la soirée « Les antalgiques de palier 3 » du jeudi 14 juin 2018


Poster un commentaire

Avis suivi de recommandations sur la notification formalisée aux partenaires – Conseil national du sida et des hépatites virales

Le présent Avis a été adopté par le Conseil national du sida et des hépatites virales, réuni en séance plénière le 15 février 2018, à l’unanimité des membres présents ou représentés moins une voix contre.

Source : Avis suivi de recommandations sur la notification formalisée aux partenaires – Conseil national du sida et des hépatites virales


Poster un commentaire

La faiblesse du concept de génération Y face aux faits | Thot Cursus

Denis Cristol: L’illectronisme (illettrisme numérique) des jeunes un handicap pour trouver un emploi.

D’où vient l’idée de génération Y ?

Depuis 20 ans que les médias se sont emparés de l’expression, la « génération Y » s’invite dans les colloques. Mais qui sont donc ces Ypsiloniens ? Car l’origine grecque de notre 25ème lettre de l’alphabet permet de les désigner ainsi.

On impute le lancement de ce « label » aux historiens américains William Strauss et Neil Howe dans leur ouvrage « Générations »[1] paru en 1991, pour décrire la jeunesse américaine. Les Ypsiloniens naîtraient en occident entre 1975 et 1994, juste après les X, enfants nés entre 1959 à 1981 et avant les Z.

Source : La faiblesse du concept de génération Y face aux faits | Thot Cursus

Cf soirée du jeudi 13 décembre 2018


Poster un commentaire

Dosage des IgG spécifiques et intolérances alimentaires : démêler le vrai du faux | JIM.fr

Certains pensent que trouver des IgG dirigés contre les aliments est LA preuve diagnostique par excellence. Non s’indignent les auteurs de cet article au titre volontiers provocateur, rédigé conjointement avec le groupe de travail de biologie de l’allergologie de la Société française d’allergologie. Ils ont fait la revue de la littérature sur le bien-fondé de ces analyses suggérant la validité du dosage des IgG anti-aliments pour le diagnostic d’intolérance alimentaire…

Source : JIM.fr – Dosage des IgG spécifiques et intolérances alimentaires : démêler le vrai du faux


Poster un commentaire

Echographie et autisme : un nouveau son de cloche | JIM.fr

Ces données détaillées montrent que le nombre d’échographies réalisées en moyenne pendant la grossesse est sensiblement le même chez tous les enfants. Les enfants atteints d’autisme semblent même avoir été exposés à moins d’échographies pendant le premier trimestre. La durée totale des échographies n’est pas non plus significativement différente selon les groupes.

En revanche, il apparaît que les enfants atteints d’autisme ont été exposés à des profondeurs de pénétration des ultrasons supérieures au cours du premier trimestre (12,5 cm vs 11,6 cm) et du deuxième trimestre (12,9 cm vs 12,5 cm) par rapport aux enfants dont le développement est typique et au cours du premier trimestre par rapport à ceux qui présentent un retard de développement (12,5 cm vs 11,6 cm)…

Notons toutefois qu’elle comporte quelques limitations, parmi lesquelles son design : étude rétrospective cas-témoins qui ne permet pas d’affirmer un lien de cause à effet. D’autre part, les nouveau-nés prématurés ont été exclus de l’étude, ce qui est une autre limitation quand on sait que la prématurité pourrait être un facteur de risque de trouble autistique.

Source : JIM.fr – Echographie et autisme : un nouveau son de cloche

Cf soirée du 17 mai 2018


Poster un commentaire

L’ESC publie de nouvelles directives sur la prise en charge de la syncope | Univadis

La Société européenne de cardiologie (European Society of Cardiology, ESC) a publié de nouvelles directives sur la syncope, le Groupe de travail de l’ESC ayant élaboré les directives en choisissant 19 règles simples pour guider le diagnostic et la prise en charge des patients ayant présenté une syncope avec perte de connaissance transitoire (PCT).

Source : L’ESC publie de nouvelles directives sur la prise en charge de la syncope | Univadis

Cf Soirée 2012


Poster un commentaire

DT2 : Prise de position de la SFD – Partie 3 | Univadis

Les experts de la SFD insistent sur le fait que le passage à l’insuline chez un sujet DT2 nécessite une phase de préparation, très en amont, avec codécision avec le patient et doit s’appuyer sur une éducation thérapeutique (du patient et de son entourage).La HAS pour des raisons principalement médico-économiques, recommande d’initier l’insulinothérapie par une insuline intermédiaire NPH au coucher, et de réserver les analogues lents en cas de risque d’hypoglycémies nocturnes. En revanche, les experts de la SFD préconisent plutôt l’initiation d’une injection quotidienne d’insuline par analogues lents à petites doses (ex. 6-10 UI/j, plutôt le soir) type insuline glargine U100, à adapter au profil clinique du patient. Trois principales raisons à ce choix : action prolongée permettant une seule injection par jour, moindre variabilité glycémique intra- et interindividuelle, réduction du taux d’hypoglycémies cliniquement importantes.

Source : DT2 : Prise de position de la SFD – Partie 3 | Univadis