Les Jeudis de l'Europe

Nous ne sommes savants que de la Science présente. Montaigne


Poster un commentaire

Sentiment d’injustice perçue et son impact chez le patient souffrant de douleurs chroniques | Mediscoop.net

Les travaux de M. Sullivan ont montré l’importance du sentiment d’injustice comme risque psychosocial d’échec du traitement de la douleur (1).
Les conséquences de l’injustice perçue sont les suivantes : augmentation de l’intensité de la douleur, aggravation du handicap, augmentation des comportements douloureux, augmentation des comorbidités psychiatriques et diminution du retour au travail.
Ce sentiment d’injustice entraine une demande de reconnaissance, qui s’exprime dans 3 sphères : familiale-intime, dans la société civile et concernant la place de la personne dans la société selon le philosophe allemand Hegel.
En médecine, cela modifie la consommation de soin, les dépenses de santé ainsi que les demandes de compensation : travail, invalidité… Il est possible de scorer l’injustice perçue grâce au : IEQ (Injustice Experience Questionnaire). Ce score permet à la fois d’identifier l’injustice perçue mais également de quantifier son importance. Il comprend 12 questions cotées de 0 à 4.

Source: mediscoop.net

Inscrivez-vous à la soirée « Les antalgiques de palier 3 » du jeudi 14 juin 2018


Poster un commentaire

Précision de scores de décision clinique en cas de traumatisme crânien chez l’enfant | Minerva

Chez des enfants (moins de 18 ans) victimes d’un traumatisme crânien de toute sévérité, quelle est la précision diagnostique de 3 scores de décision clinique (PECARN, CATCH, CHALICE) dans des populations différentes de celles des études de dérivation (= validation) et comparativement l’un à l’autre ?

Cette étude diagnostique prospective dans une cohorte d’enfants âgés de moins de 18 ans se présentant (ou présentés) dans un service d’urgence pédiatrique pour un traumatisme crânien, montre une précision élevée des 3 scores de décision clinique évalués…

Source : Minerva


Poster un commentaire

Vaccins antityphoïdiques: note de synthèse de l’OMS – mars 2018

La présente note de synthèse sur les vaccins antityphoïdiques remplace celle qui avait été publiée par l’OMS en 2008.
Elle réaffirme l’importance de la vaccination dans la lutte contre la fièvre
typhoïde et présente les recommandations de l’OMS concernant l’utilisation d’une nouvelle génération du vaccin antityphoïdique conjugué. Les recommandations relatives à l’utilisation des vaccins antityphoïdiques ont été examinées par le SAGE en octobre 2017.

Source: OMS

Cf journée « Vaccinologie » organisée par l’Unaformec RA le samedi 20 octobre 2018


Poster un commentaire

Etude d’incidence de trois pathologies transmises par les tiques en Alsace, Alsace(tique) 2014-2015 | Santé publique France

L’étude ALSA(CE)TIQUE avait pour objectif d’estimer l’incidence de trois pathologies transmises par les tiques en Alsace : la borréliose de Lyme (BL), l’anaplasmose granulocytaire humaine et l’encéphalite à tiques (TBE).
Entre 2014 et 2015, le nombre de cas par an de BL a été estimé à environ 2 200, portant le taux d’incidence annuel moyen à 117 cas/100 000 habitants [IC 95% : 109-126]. Ce taux était stable sur les deux années d’étude. Les caractéristiques des cas étaient cohérentes avec les données de la littérature, avec notamment près de 80 % des cas sous forme d’érythème migrant. La forêt et jardins publics ou privés étaient les lieux de piqûre de tique les plus fréquemment rapportés parmi les cas ayant présenté un érythème migrant. Le jardin comme lieu unique de piqûre de tique était cité dans 25 % des cas.
La présence d’un foyer d’encéphalite à tiques en Alsace était confirmé et ce, même si le nombre de cas déclaré est resté faible (7 cas en moyenne par an). L’anaplasmose granulocytaire humaine était une pathologie peu fréquente avec 3 cas déclarés pendant l’étude.
Ces résultats montrent qu’il demeure important que les messages de santé publique relevant des maladies transmises par les tiques, aussi bien d’information des professionnels de santé que de prévention des populations, soient portés au plus près des territoires.

Source : Etude d’incidence de trois pathologies transmises par les tiques en Alsace, Alsace(tique) 2014-2015

Cf 45° Forum médical lyonnais du 29 septembre 2018


Poster un commentaire

Avis suivi de recommandations sur la notification formalisée aux partenaires – Conseil national du sida et des hépatites virales

Le présent Avis a été adopté par le Conseil national du sida et des hépatites virales, réuni en séance plénière le 15 février 2018, à l’unanimité des membres présents ou représentés moins une voix contre.

Source : Avis suivi de recommandations sur la notification formalisée aux partenaires – Conseil national du sida et des hépatites virales


Poster un commentaire

Autotests : est-ce bien raisonnable ? JIM.fr

 Interview du Dr Liliane Grangeot-Keros, secrétaire perpétuel adjoint de l’Académie de pharmacie, expert OMS chargé de la rubéole et chercheur en virologie à l’hôpital Paul Brousse de Villejuif.

Les autotests ont fleuri ces dernières années dans les officines. Présentés par certains comme une révolution permettant au patient d’être « acteur de sa santé », d’autres y ont vu des risques de dérives.

A son tour, l’Académie de pharmacie s’est intéressé à ces dispositifs pour déterminer lesquels pouvaient être recommandés et lesquels étaient à bannir.

Pour connaître les conclusions de cette institution, le JIM s’est entretenu avec le Dr Liliane Grangeot-Keros, secrétaire perpétuel adjoint de l’Académie de pharmacie, expert OMS chargé de la rubéole et chercheur en virologie à l’hôpital Paul Brousse de Villejuif.

Source : JIM.fr – Autotests : est-ce bien raisonnable ?

Cf soirée Prescription raisonnée de la biologie du jeudi 18 octobre 2018


Poster un commentaire

Soutien des directeurs des Centres Nationaux de Référence au CNR des Borrelia | JIM.fr

Le CNR des Borrélioses est depuis plusieurs années l’objet d’une campagne extrêmement médiatisée qui combine dénigrement, accusations de conflits d’intérêt, mise en danger de la vie d’autrui et menaces personnelles directes vis à vis de son Directeur et de toutes les personnes qui défendent des positions mesurées sur le rôle des Borrelia en pathologie humaine au delà des manifestations reconnues par la communauté médicale.

Un débat scientifique légitime sur cette question existe et doit se poursuivre. Mais ce débat semble aujourd’hui notoirement contaminé par des considérations qui sortent du champ du rationnel et de la médecine basée sur les preuves, lesquelles devraient pourtant seule guider les pratiques médicales dans l’intérêt même des patients

Source : JIM.fr – Soutien des directeurs des Centres Nationaux de Référence au CNR des Borrelia

Sujet abordé lors du 45° Forum médical lyonnais du samedi 29 novembre 2018